Première étape de notre périple Australien : Brisbane. Bienvenue dans la Capitale du Queensland, cette ancienne prison coloniale est désormais la 3e plus grande ville du pays juste derrière Melbourne et Sydney, avec plus de 2 millions d’habitants. Nous avons été agréablement surpris par cette ville moderne qui possède de nombreux parcs, un espace aménagé autour de son fleuve où l’on peut se promener et même se baigner dans un lagon.

En tant que plus grande ville de l’état, Brisbane accueille des universités ainsi que les bureaux de nombreuses organisations en lien avec la Grande Barrière de Corail. Par conséquent nous sommes allés à la rencontre de personnes qui agissent pour la conservation des récifs coralliens en Australie, ci-dessous un petit résumé de chacune d’entre elles.

Rencontre avec Anna Marsden,
Directrice de la Great Barrier Reef Foundation.

Great Barrier Reef Foundation
La Great Barrier Reef Foundation travaille avec de nombreux acteurs venant de l’entreprenariat, de l’associatif, de la recherche ou du gouvernement afin d’organiser des projets de grande échelle dont l’objectif est de préserver la Grande Barrière de Corail.

La Great Barrier Reef Foundation est l’une des organisations les plus importantes en Australie concernant la grande barrière de Corail. L’objectif de cette organisation est de créer des projets à différentes échelles et de trouver les différents acteurs, contributeurs et investisseurs pour leur réalisation. L’objectif de chaque projet de la fondation est de rendre plus résistante la grande barrière à la menace du blanchissement causé par la hausse des températures.

A l’échelle locale dans les lieux les plus touristiques et important économiquement comme des zones de plongée, il s’agit de la surveillance de la qualité des eaux et d’essayer de trouver un moyen de refroidir ou rendre plus résistant les coraux lors de ces épisodes de blanchissement.

A l’échelle mondial, la fondation travaille avec des scientifiques sur la génétique des coraux. L’objectif de ces recherches est de trouver un solution pour que le corail puisse accepter et survivre aux hausses de température.

Rencontre avec Selina Ward :
Professeure en biologie marine au sein de l’université du Queensland à Brisbane,
Ancienne directrice, désormais conseillère, de l’Australian Coral Reef Society,

The university of Queensland

UQ est la plus grande université de l’état, on y enseigne dans de nombreux domaines comme les sciences, le droit ou la médecine.  Son département consacré à la biologie est très impliqué dans la recherche pour protéger la grande barrière de corail des différentes menaces qui pèsent sur elle comme la pollution des eaux ou le blanchiment des coraux.

 

 

Australian Coral Reef Society

L’Australian Coral Reef Society est la plus vielle organisation concernant l’étude et la conservation des récifs coraliens. Elle rassemble plusieurs centaines de membres venant principalement de la recherche afin de conseiller les décideurs politiques pour assurer un futur sur le long terme pour les coraux de la Grande Barrière de Corail.

Cette rencontre avec Selinard Ward fut très enrichissante. Professeure à l’université du Queensland, Selina Ward nous a fourni de nombreux renseignements sur les conditions de survie des coraux par rapport au blanchiment mais aussi aux problèmes liés à l’acidification, à la présence de sédiments ou de nutriments dans l’eau. Vous trouverez de nombreuses explications dans les pages suivantes sur ces sujets qui proviennent de Selina directement. Son expérience en tant que chercheuse et son implication personnelle permettent d’avoir un avis très objectif par rapport à la situation actuelle de la Grande Barrière de Corail.

Rencontre avec Adam Knapp :

Président de la Queensland Farmer Federation,

Queesland Farmer’s Federation

QFF est une fédération représentant les intérêts des agriculteurs travaillant dans les différents secteurs agricoles de l’état du Queensland, à savoir : la canne à sucre, l’horticulture, le coton mais aussi l’élevage de bovins et de poulets. Son objectif est de développer et de rendre durable l’agriculture dans les Queensland mais aussi dans le reste de l’Australie.

Nous avons rencontré le président de la fédération Adam Knapp avec qui nous avons pu parler du futur de l’agriculture du Queensland et des solutions mises en place pour limiter l’impact négatif de celle-ci sur la Grande Barrière de Corail. Il nous a aussi confié que les agriculteurs étaient conscients de la situation et qu’il fallait trouver un équilibre entre l’économie de l’agriculture et la protection de l’environnement. Suite à cet entretien, Mr. Knapp nous a donné des contacts d’Agriculteurs dont les fermes durables seraient susceptibles de nous intéresser.

Leonie Bowles :
Représentante d’Ecotourism Australia,
Enseignante à l’University of Queensland dans le tourisme

Ecotourism Australia

Ecotourism Australia est une organisation ayant pour mission de développer le tourisme durable dans le pays. Elle récompense des opérateurs touristiques en leur remettant des certifications qui témoignent leur envie de limiter l’impact du tourisme sur l’environnement.

Queensland University of Technology

Située dans le centre de Brisbane, QUT accueille de nombreux élèves venus étudier la médecine, le droit, le tourisme, les sciences de l’ingénieur etc...

Le tourisme représente une ressource économique très importante en Australie. Or celui-ci est directement menacé si la grande Barrière de Corail venait à disparaître. Ainsi ce secteur, en étant le premier concerné, se tourne vers des gestions plus durables pour diminuer son impact sur l’environnement. Dans ce cadre, Ecotourism Australia fait des contrôles à la demande même des opérateurs et leur donne un label s’ils agissent réellement dans ce sens (en utilisant des panneaux solaires, avec le tri des ordures, diminution de la consommation ou autres...).

Leonie nous a notamment précisé que le secteur du tourisme n’est pas responsable de la situation actuelle de la Grande Barrière de Corail contrairement à d’autres secteurs comme celui du charbon. Cependant, elle reste positive, la Grande Barrière de Corail étant une véritable icône pour les Australiens, elle nous a assuré que les scientifiques et le gouvernement font des efforts conséquents pour trouver une solution.

David Hood :
Représentant de l’Australian Conservation Foundation dans la région du Queensland,
Enseignant dans l’efficacité énergétiques des bâtiments à QUT,
Ancien président de Engineers Australia

Australian Conservation Foundation

Australian Conservation Foundation est une organisation visant à protéger les espaces naturels d’Australie des différentes menaces liées à l’environnement. La fondation mène des actions de sensibilisation de l’impact humain sur l’environnement auprès du grand public et organise des actes de contestation afin de faire savoir leur désaccord avec certains projets menés par des industriels ou par le gouvernement et ayant un impact néfaste sur la planète.

David Hood est un ancien ingénieur militaire travaillant dans le génie civil. Maintenant il continue d’œuvrer dans ce domaine mais pour de toute autre fin, il travaille dorénavant dans l’efficacité énergétique des bâtiments où il y a beaucoup à faire en Australie. En effet, nous avons pu nous en rendre compte par nous-même puisque nous avons logé directement chez les Australiens via AirBnb, dans les différentes villes où nous sommes passés. Les maisons du Queensland ne sont pas bien isolées alors que leur principale dépense concerne la climatisation, source de consommation très énergivore.

De plus, l’Australie étant un pays très grand mais peu peuplé, les quartiers résidentiels sont très proches de la ville, beaucoup d’Australiens préfèrent prendre la voiture car ici, il y a peu de bouchons et les transports en commun sont moins développés qu’en Europe. Ainsi, les Australiens vivent confortablement mais consomment beaucoup ! Pour donner un ordre de grandeur, en moyenne un Australien consomme 42% de plus d’énergie et produit 3.2 fois plus d’émissions de CO2 qu’un Français.

David a donc évoqué les efforts à faire sur l’efficacité énergétique des infrastructures australiennes mais également pointé du doigt comme responsable l’économie du charbon ainsi que le soutien du gouvernement au projet Carmichael. Ce projet est un projet de construction d’une nouvelle mine de charbon (plus d’information ici).

De plus, David a insisté également sur le fait que le Queensland est un état avec un très fort potentiel solaire dont de nombreux particuliers ont fait l’effort d’investir dans des panneaux solaires sans le soutien du gouvernement qui attribuait dans le passé une aide, aujourd'hui supprimée. Pour David, il existe des solutions techniques concrètes et faisables qu’il faut mettre en place rapidement compte tenu de l’urgence de la situation.